Vous êtes ici : Accueil > EPS > animation pédagogique danse en jeu cycle 3 > 01 - Danse en jeu, cycle 3 : Avant propos
Publié : 11 janvier 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

01 - Danse en jeu, cycle 3 : Avant propos

Avant propos

Avant de concevoir une chorégraphie, il est nécessaire de connaître son corps. Il faut pour cela vivre des activités qui vont mettre en évidence :

  • Le mouvement de chaque partie du corps ;

  • La dissociation des éléments du corps (la tête, les mains, les avant-bras, …)

Pour cela, différentes activités, différents jeux, vont permettre à l’élève de créer un répertoire d’habiletés motrices qui lui serviront à créer par la suite un enchaînement, puis à la classe d’élaborer une chorégraphie.

Il ne faut pas rester au « réaliser » mais respecter le double contrat : réaliser et concevoir.

On entend par concevoir inventer un répertoire moteur expressif qui n’est pas codifié. Celui qui n’a pas été apporté par les autres élèves ou par le maître de la classe.

 

Lorsque l’élève conçoit, il ne faut pas oublier les trois visées : Esthétique, artistique, expressif

Le jugement esthétique

Toutes les œuvres d’art sont jugées : il y a le jugement de goût et le jugement de connaissance.

Le jugement de goût : « C’est beau ! », « C’est laid ! », « Ça me plaît. », etc. Ce jugement n’exprime rien sur l’œuvre d’art mais exprime l’état de celui qui reçoit l’œuvre d’art (subjectivité). Le goût est-il réellement personnel ? Quand on dit « C’est beau ! », c’est pour faire partager son goût (le goût est communicable ; cf. la mode). Les hommes discutent de leurs goûts, il n’existe pas de goût réellement personnel.

Le jugement de connaissance : c’est le jugement légitime, celui qui est objectif (par l’analyse). Par exemple, pour la musique : l’étude des thèmes, de la tonalité, de la construction harmonique, des mouvements, du contexte historique permet de juger objectivement l’œuvre d’art (malgré l’objection courante qui consiste à dire qu’analyser une œuvre, c’est détruire le plaisir). Bien souvent, l’intérêt pour une œuvre naît avec l’analyse. Cependant, l’art vise à communiquer en s’adressant à notre sensibilité (même si l’on y connaît rien en art).

 

Pour l’acquisition de la compétence 4 (Concevoir et réaliser des actions à visées expressive, artistique, esthétique), il est indispensable de penser la séquence en prenant en compte les points suivants :

  • Son traitement didactique est organisé autour de la prise en compte du double contrat (réaliser et concevoir). La spécificité des objectifs assignés à l’EPS et aux actions à visée artistique.

  • Sa finalité s’oriente vers la création de sens et d’émotion.

  • L’élève est engagé dans une problématique expressive, esthétique singulière.

    • Solliciter des capacités de création.

  • La pratique s’ancre dans une culture solidement référencée.

 

Pour cela, 3 étapes sont incontournables.

  1. Construire le répertoire moteur

  2. Choisir, organiser les éléments du répertoire pour créer un enchaînement d’action.

  3. Mettre en scène, chorégraphier, organiser dans le temps et dans l’espace avec les autres.

 

Pour construire le répertoire moteur, il y a deux modalités possibles

L’activité où le modèle est dominant.

  1. Reproduire, répéter, acquérir, sans aucune forme d’invention.

  2. Une fois acquis, transformer, enrichir pour aller vers une activité créative.

(Tel que nous l’avons vécu avec la chorégraphie des « jeux de mains »)

  • Activité ou la création est dominante

Exploration et accumulation de matériaux et connaissances pour créer. Il n’y a pas de création sans contrainte.

(Tel que nous l’avons vécu avec les cercles et les aimants)

Les deux démarches peuvent s’alimentent tour à tour.

 

 

Documents joints